Un couple dans un appartement, une forêt enchantée, une danse folle, un groupe jouant live. Il y a tout cela dans une vidéo réalisée en direct par Spike Jonze en novembre 2013 dans le cadre des YouTube Music Awards. Si ce véritable court métrage accompagnant un morceau des Canadiens d’Arcade Fire a été tourné sans interruption, d’un seul tenant, il a par contre nécessité plusieurs caméras et possède ainsi quelques coupes, effectuées elles aussi en direct dans un souci de maintenir la continuité.

Tout commence dans un appartement. On y découvre donc un couple. Si l’homme ne restera qu’une silhouette furtive, la femme qui l’embrasse est, elle, parfaitement reconnaissable, et pour cause: il s’agit de la comédienne et réalisatrice Greta Gerwig, devenue autour de 2010, à la faveur notamment de deux rôles notables chez Noah Baumbach (Greenberg et Frances Ha), une nouvelle égérie du cinéma indépendant américain. En se basant sur les paroles d’Afterlife, on opterait plutôt pour une scène de rupture. Et voici que Gerwig se lance dans une danse frénétique, erratique, rythmée par le rock extatique d’Arcade Fire. Elle sort de l’appartement, longe un couloir puis, miraculeusement, comme les enfants du Monde de Narnia, se retrouve dans une forêt de sapins. Il neige, tandis que des flashs lumineux donnent au décor une dimension magique.

Libérée, délivrée, Gerwig est aussi possédée. Tandis que le chanteur Will Butler passe furtivement derrière elle, la voici qui quitte l’atmosphère confinée des arbres pour se retrouver au milieu du public, dansant en compagnie d’un groupe de fillettes tandis que Butler a rejoint ses musiciens. Il y a là quelque chose de totalement euphorisant. Les cinq minutes que dure cette vidéo mettent durablement en joie. Clippeur star avant d’être révélé avec le génial Dans la peau de John Malkovich (1999), Spike Jonze avait déjà réalisé en 1994 une vidéo en plan-séquence (à une seule caméra, sans montage) pour le titre Undone – The Sweater Song, du groupe californien Weezer.


Les précédents épisodes: