Jusqu'au 30 novembre, dans le cadre du festival «Les Belles Etrangères», la France accueille vingt écrivains indiens. Les voici réunis dans cette anthologie qui prouve que la littérature du sous-continent ne se limite pas à Salman Rushdie. Traduits parfois de l'anglais mais aussi de l'hindi, du bengali, du marathi, les auteurs rassemblés ici appartiennent presque tous à la nouvelle garde. Deux sont déjà connus des amateurs, sans doute parce qu'ils sont anglophones et qu'ils vivent en Occident: Shashi Tharoor (lire le SC du 16 novembre 2002) et Akhil Sharma, auteur d'un roman stupéfiant, sur fond d'inceste – Un Père obéissant (SC du 19 janvier 2002), à L'Olivier. Quant aux autres invités, quatre semblent particulièrement prometteurs: Shauna Singh Baldwin (qui a signé un beau récit sur la partition, La Mémoire du corps, au Seuil), Mukundan (surnommé «le conteur de Mahé»), Alka Saraogi (dont Gallimard vient de publier le chatoyant Kali-katha, une chronique de l'Inde coloniale et postcoloniale) et surtout le fielleux Upamanyu Chatterjee, qui raconte dans Les Après-midi d'un fonctionnaire très déjanté (Laffont) les tribulations d'un rond-de-cuir égaré dans la bureaucratie indienne.