En rendant hommage aux Buffalo Soldiers de la Seconde Guerre mondiale, Spike Lee s’inscrit dans la continuité de Rachid Bouchareb qui avec Indigènes (2006) rappelle que des bataillons nord-africains ont combattu les Allemands – un film dont les vertus historiques et didactiques s’avèrent supérieures aux qualités cinématographiques.

En 1989, Edward Zwick consacre l’émouvant Glory au 54 th Massachussets Volunteer Infantry, une des premières unités constituées de Noirs, active pendant la guerre de Sécession.

Quant à Clint Eastwood, dans Lettres d’Iwo Jima (2006), il raconte la guerre du Pacifique du point de vue des Japonais, prenant le contre-pied d’un demi-siècle de cinéma américain.