Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Illustration de «Naissance de la Bible – Comment elle a été écrite» de Léonie Bischoff.
© © Léonie Bischoff

Livres

Au commencement était un tas de récits

Par le texte et le dessin, Thomas Römer et Léonie Bischoff racontent dans «Naissance de la Bible» comment l’Ancien Testament s’est constitué au cours des siècles en rassemblant des traditions hétéroclites

Emergeant du chaos primordial et des mythes fondateurs pour édicter des lois et dresser des généalogies, l’Ancien Testament force le respect. C’est une somme irrécusable, une pierre d’angle de la civilisation occidentale, un marqueur aussi dense que le monolithe de 2001: l’odyssée de l’espace.

Philosophe et bibliste, Thomas Römer a déjà relativisé la solennité du Livre dans des ouvrages comme L’invention de Dieu. Il reconduit son approche historico-critique désacralisante dans Naissance de la Bible – Comment elle a été écrite, un exquis volume illustré de la collection La petite Bédéthèque des Savoirs, que Léonie Bischoff illustre avec des grâces de miniature persanes.

Principe premier et unique

Les cinq parties de l’Ancien Testament, à savoir la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome, n’ont pas été gravées dans le marbre sous la dictée d’un dieu omniscient vers la fin du mois d’octobre de l’an 4004 av. J.-C. (date du Fiat Lux selon les calculs menés au milieu du XVIIe siècle par l’archevêque James Ussher). Elles sont issues de siècles de traditions orales diverses. Il ne s’agit en aucun cas de récits historiques, mais de mythes, comme la traversée de la mer Rouge, à travers lesquels le peuple hébreu se constitue et Yahvé, un dieu parmi les innombrables occupants du panthéon antique, se pose comme principe premier et unique.

Lire aussi:  Il était une fois, Jésus

Des légendes à l’histoire, les auteurs démontrent par le texte et l’image comment au fil des siècles dirigeants politiques et religieux ont produit ce prodigieux storytelling, n’hésitant pas à puiser dans des textes assyriens de propagande militaire des arguments propres à établir la vérité du monothéisme.

Erotisme raffiné

La plus grande histoire de tous les temps se transmet à travers un livre touffu, hétérogène, contradictoire, brassant histoires gore et érotisme raffiné, leçons de morale et heroic fantasy. «La Bible n’est pas un document dangereux. Elle peut le devenir si on en fait une lecture littéraliste, fondamentaliste», rappelle le professeur Römer. Soit la lecture qui a inspiré les croisades, légitimé le patriarcat et la traite des Noirs, conduit les sorcières au bûcher et voué les homosexuels à la mort. L’approche structuraliste défendue par le philosophe et l’illustratrice relativise le dogme et promeut la tolérance.


Thomas Römer et Léonie Bischoff, Naissance de la Bible – Comment elle a été écrite, La petite Bédéthèque des Savoirs, Le Lombard, 80 p.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps