Lundi, Festi’neuch annonçait l’annulation de son édition 2021, victime de cette incertitude rampante qui empêche l’industrie du live de se relever. A l’annonce de cette nouvelle et de l’été aphone qu’elle laisse présager, on songe aux organisateurs, aux artistes. Mais d’autres souffrent plus discrètement de ce silence prolongé: les apprentis techniscénistes. Ces jeunes formés pour assurer l’éclairage, le son et la vidéo lors d’événements culturels et qui, semi-confinés en plein CFC, ne pratiquent plus leur futur métier que sous forme d’exercices occasionnels dans des dépôts.

Lire aussi: Un festival fantôme au secours de la musique suisse