Concours de flûte de haut vol

Classique A Genève, le jury n’a pas décerné de premier prix

Il a fallu attendre jusque peu avant minuit (23h53 très exactement!) pour que le jury livre son verdict à l’issue de la finale du 69e Concours de flûte de Genève. Une finale opposant trois candidats qui ont joué les mêmes concertos (le Concerto K. 314 de Mozart et le Concerto pour flûte et cordes d’André Jolivet), l’un après l’autre, lundi soir au Victoria Hall de Genève.

La Portugaise Adriana Ferreira (24 ans) et le Sud-Coréen Yubeen Kim (17 ans) remportent le Deuxième Prix ex aequo. Le jeune Sud-Coréen a également conquis l’assistance lors de cette finale en décrochant le Prix du public et le Prix «jeune public», ainsi que le Prix «souffle». Le Troisième Prix a été remis à la Russe Elena Badaeva (25 ans).

Pas de premier prix, donc, ce qui en dit long sur les exigences du jury réuni autour de la Britannique Emily Beynon (flûte solo de l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam). Le public a donc entendu trois fois de suite le Concerto en ré majeur K. 314 de Mozart et le Concerto de Jolivet, dans l’accompagnement du chef français Nicolas Chalvin et de l’Orchestre de chambre de Genève.

La personnalité même des candidats finalistes se révèle dans leur attitude et leur rapport à l’orchestre. Si la Russe Elena Badaeva a affiché une certaine aisance, assez énergique et solide musicalement (quoique un peu avare en nuances dans Mozart), elle n’est pas parvenue à entraîner les musiciens à ses côtés pareillement que Yubeen Kim dans le Concerto de Jolivet.

Sud-Coréen au jeu princier

A peine âgé de 17 ans, ce flûtiste sud-coréen formé depuis 2013 par Philippe Bernold et José Daniel Castellon (ancien flûte solo de l’OCL) à Lyon, se distingue par sa fraîcheur et sa musicalité. Son jeu clair, princier, l’agilité des traits et les nuances fouillées – sans jamais forcer le son – ont fait très belle impression dans le Concerto K. 314 de Mozart. Le Concerto de Jolivet avait fière allure aussi.

Mais la Portugaise Adriana Ferreira s’est également très bien défendue dans ce Concerto de Jolivet. Elle l’a joué avec détermination et âpreté (en particulier le finale!).

«Ce n’est pas très courageux», a commenté une spectatrice, jugeant que l’absence d’un premier prix nivelait les résultats. Il est vrai qu’à 17 ans, Yubeen Kim semble avoir encore une marge de progression pour développer son jeu, alors qu’Adriana Ferreira, déjà en poste dans un grand orchestre (elle est co-soliste à l’Orchestre national de France), n’évoluera peut-être pas pareillement.