Classique

Au Concours de Genève, le chant en demi-teintes

La 71e édition du Concours de Genève s’est achevée vendredi soir au Victoria Hall sur une finale de chant sans premier prix

La discipline du chant est toujours très attendue parmi celles qui se succèdent année après année au Concours de Genève. Cette fois, le jury présidé par Hedwig Fassbender n’a pas estimé qu’un concurrent se détachait assez du lot pour mériter un premier prix. C’est donc avec des récompenses moins glorieuses que trois des quatre jeunes finalistes sont repartis à l’issue du concert où l’OSR s’est distingué sous la baguette de Constantin Trinks.

On attendait la fraîche et lumineuse soprano Marie Perbost dans le peloton final. La jeune Française, chanteuse dans l’âme et actrice sensible, développe une ligne mélodique souple sur un évident plaisir de chanter. Elle n’a pourtant pas résisté à la prestation de David Fischer, cadet de la volée (25 ans). Récitaliste né, le ténor allemand a entamé sa prestation avec «Gefesselt Steht… Hier steht des Wandrer» des Saisons de Haydn. Son énergie, sa clarté de diction, son timbre argenté et son sens affûté de la narration le placent d’emblée à un niveau supérieur.

Personnalité déjà affirmée et art de la ligne - il a aussi remporté en 2004 le 1er prix de violon au «Jugend musiziert» fédéral: David Fischer capte immédiatement  l’attention. Sa projection vocale et son autorité naturelle le disputent à une musicalité généreuse qui donnent des ailes au «Nocturne» de la Sérénade pour ténor, cordes et cor (magnifique Jean-Pierre Berry) de Benjamin Britten, et au fameux «Una furtiva lagrima» de l’Elixir d’amour de Donizetti.

Fougueuses interprétations

Le programme intelligent et le beau tempérament de ce musicien de caractère ont convaincu le jury de lui décerner un deuxième prix. David Fischer a encore remporté celui du Public, du Jeune Public et des Etudiants ainsi que le Prix Yvonne Sigg.

Deux troisièmes prix ex-aequo ont été attribués au ténor Seung-Jick Kim (Corée du Sud, 26 ans) et à Marina Viotti (30 ans). La mezzo-soprano suisse remporte aussi le Prix du Cercle du Grand Théâtre, institution où elle interpréta le rôle de Rosette dans Manon de Massenet mis en scène par Olivier Py.     

Pour mémoire, rappelons que du côté du quatuor, deuxième discipline à l’affiche du Concours de cette année, le Premier Prix a été attribué au Vision String Quartet (Allemagne), qui a également remporté ceux du Public et du Jeune Public, avec Beethoven et Bartok à son programme .

La fougue de ses interprétations et l’exploit que représente le fait de jouer par coeur et debout ont certainement ajouté à l’engouement général porté à cette jeune formation originale qui évolue aussi entre jazz ou la samba...

Le Quatuor Hanson (France) a de son côté gagné le Deuxième Prix, le Troisième Prix ayant été décerné au Abel Quartet (Corée du Sud).

Publicité