C’est un bien étrange moine qui débarque dans un aéroport allemand. Un chartreux italien comme venu d’un autre temps, perdu au milieu des ces laïc de différentes cultures, qui s’achète aussitôt un enregistreur et qui s’autorise à parler. Pris en charge par un chauffeur, il est amené dans un grand hôtel au bord de la mer devant le portail duquel se masse la presse. Tout comme un chanteur rock et une romancière jeunesse célèbres, Roberto Salus a été convié à une réunion des principaux ministres de l’économie du monde à l’initiative du banquier Daniel Roché, directeur du Fonds monétaire international.

Dès le premier soir, après dîner, son hôte l’invite à une longue discussion en tête-à-tête dans sa chambre. Mais le lendemain matin, Roché est retrouvé mort. Suicide ou assassinat? Tandis que le service de sécurité et la police enquêtent, les convives sont priés de rester. Qui a vu quoi? Salus va-t-il ou non parler? Les ministres parviendront-ils tout de même décider d’un nouveau plan anti-crise? Et que font donc là ce vieil homme muet et ce chien?

Lire aussi:  Roberto Andò envoie l’économie à confesse

Sérieusement ironique

 C’est à un drôle de film que nous invite là Roberto Andò: ni franchement une comédie ni vraiment un drame, encore moins un thriller ou une profession de foi. Saint-Augustin et «La Loi du silence » d’Alfred Hitchcock ont beau être cités, on pense plus à Agatha Christie pour l’atmosphère ou à Paolo Sorrentino pour le style – la boursouflure en moins. Même sans être vraiment un génie de la mise en scène, Andò signe là une oeuvre profondément personnelle. Une sorte de polar doublé d’une fable philosophique, à la manière de feu l'écrivain Leonardo Sciascia, si bien porté à l’écran par Francesco Rosi («Cadavres exquis»), Elio Petri («A chacun son dû», «Todo modo») et Gianni Amelio («Portes ouvertes»). Le tout avec une malice derrière laquelle pointe une sourde colère.

Révélateur silencieux

On peut reconnaître où non la célébrité (Dominique Strauss-Kahn, J.K. Rowling, Hillary Clinton, etc.) qui pourrait avoir inspiré tel ou tel personnage. Et parmi la jolie brochette de comédiens réunis dans ce contexte multilingue, il faut bien reconnaître que certains (Connie Nielsen, Moritz Bleibtreu) s’en tirent mieux que d’autres (Daniel Auteuil, Marie-José Croze). Mais ce qui compte au final, c’est la vérité intime de chacun. Tandis que l’enquête sèche, d’autres «confessions» viennent en effet s’ajouter à celle du banquier, débitée par tranches, en flash-back.

Quant à Toni Servillo, révélateur silencieux de toute l’affaire, il reste souverain dans un registre nouveau: une sorte de candeur franciscaine qui nous rappelle tous, décideurs ou spectateurs, à nos responsabilités dans le marasme économique, politique et moral actuel. Et si un bon vieil humanisme était vraiment ce qui fait défaut au monde d'aujourd'hui?


Confessions (Le confessioni), de Roberto Andò (Italie - France - Allemagne, 2016), avec Toni Servillo, Daniel Auteuil, Connie Nielsen, Moritz Bleibteu, Marie-Josée Croze, Pierfrancesco Favino, Lambert Wilson, Richard Sammel, Lisa Eichhorn. 1h40