«Le conte doit parler aux petits et aux grands»

Itinérance Ariane Racine et ses histoires

Ce dimanche, elle élèvera sa voix dans une carrière immense. Depuis presque une année, Ariane Racine promène ses contes à travers le canton de Neuchâtel, en collaboration avec le Théâtre du Passage.

Le Temps: Comment est né ce projet?

Ariane Racine: C’est une expérience de douze mois, née d’une rencontre avec Robert Bouvier. Le directeur du Théâtre du Passage, à Neuchâtel, aime que le théâtre vive. L’idée de renouer avec la tradition de colporter des histoires de village en village lui a parlé. Nous avons proposé aux douze communes qui soutiennent son institution une soirée de contes, offrant au public un spectacle sans qu’il ait à débourser plus que pour une place de cinéma.

– Comment choisissez-vous les contes?

– Il y a les contes du trésor mondial mais aussi des récits plus locaux, liés à un nom, à un lieu… Chaque étape, mensuelle, a un thème choisi par rapport à l’endroit ou à la saison. Au Laténium, par exemple, j’ai remonté le temps, à l’église de Corcelles, les histoires étaient irrévérencieuses ou bibliques.

– Quel bilan après douze mois?

– Nous avons réalisé un rêve qui était qu’une partie du public suive plusieurs étapes, voire la majorité d’entre elles. Beaucoup ont découvert l’univers du conte et ces rencontres ont été un vrai plaisir. Il y a eu des enfants et des adultes; un conte doit parler à tous. Chaque lieu induit une tonalité, très différente entre une abbaye et un site artisanal encore en activité, par exemple.

– Quid des dernières étapes?

– Je serai ce dimanche à la carrière du Roc, une exploitation de ciment inconnue du grand public car encore en activité. Elle est immense et me servira de théâtre antique! J’ai prévu d’y raconter parmi les plus vieilles histoires transmises de mémoire d’homme. Il y aura un extrait de l’épopée de Gilgamesh, gravée il y a 35 siècles en Mésopotamie et narrant la vie d’un roi ayant vécu il y a 49 siècles. Quant à la dernière étape, au Jardin botanique de Neuchâtel le 6 septembre, elle évoquera les contes d’amour et d’eau fraîche.

Pass’Contes, dimanche 23 août à 17h dans la carrière de Roc, à Cornaux. www.arianeracine.ch ou www.theatredupassage.ch