Le Radeau de la Méduse (1819) de Théodore Géricault (1791-1824), Musée du Louvre.

«Y a-t-il des vies moins précieuses que d'autres?» Toni Morrison a vu dans ce tableau la métaphore de ce thème. Elle l'a mis au cœur de sa conférence du Louvre, «Etranger chez soi».

Le naufrage de la «Méduse», navire national, au large de l'Afrique de l'Ouest, provoquant la mort de centaines de personnes, a soulevé un scandale politique. Le peintre a fixé le moment où les survivants aperçoivent les secours. Toni Morrison y décèle, au-delà des éléments réalistes, comment «cette égalité forgée parmi des inconnus qui dérivent ensemble s'effondre devant l'énergie individuelle». Ce qui l'amène plus loin: «Les conséquences du projet rationnel des Lumières ne s'appliquèrent qu'aux privilégiés.»

Toni Morrison au Louvre, Bourgois, 156 p.