Corrado Ruggeri

A Table avec les cannibales

Aventures en pays papou

Trad. de Martin Du Mesnil-Oury

Voyageurs Payot, 240 p.

Le tabou de l'anthropophagie est un des plus forts, réactivé depuis que la vache folle a montré ce qui se passe quand on consomme son prochain. Corrado Ruggeri joue sur cette fascination mais son récit s'apparente plus à un aimable reportage en terre lointaine qu'à une réflexion sur les enjeux anthropologiques de la cuisine de l'homme par l'homme. Le titre italien, Il Canto delle luciole, correspond mieux au contenu de cette promenade que le racoleur A Table avec les cannibales. En balade en Papouasie-Nouvelle-Guinée, juste un peu à l'écart des circuits touristiques, le journaliste constate qu'il se mange peu d'ennemis en pays papou à la fin du XXe siècle. Ce sont plutôt les manifestations les plus sommaires de la culture industrielle – walkman et Coca-Cola – qui phagocytent la tradition. Du point de vue du choc entre les cultures, ce petit livre est divertissant et se lit avec plaisir. Les soucis personnels de l'auteur, sa peur des moustiques et la nostalgie conjuguée de sa maman, de son amie et de la pasta qui l'assaille au coucher du soleil demandent plus de patience.