Les autochromes ont eu leurs moments de gloire avec deux belles expositions ces derniers mois en Suisse, l'une à Rietberg et l'autre au Musée gruérien. Voici venu le tour des photochromes. Inventé dans les années 1880 par le Zurichois Hans Jacob Schmid, le procédé consiste à transférer un négatif en noir et blanc sur autant de pierres lithographiques que l'on souhaite de couleurs. Le Musée suisse de l'appareil photographique expose une partie des quelque cinq cents pièces de sa collection, pour un nouveau tour du monde polychrome.

Missing fichier.

Un monde de cartes postales, dont certaines ont l'air d'avoir été colorisées à la main, du Bateau de marbre du palais d'été, à Pékin, au Kremlin et au Château de Chillon. Les teintes semblent parfois relever d'une vision idéalisée bien plus que de la réalité; turquoise des lacs et des rivières, reflet bleu des montagnes. Ici, c'est une scène de rue napolitaine, dont chacun des protagonistes et accessoires paraît sorti d'un tableau, jusqu'aux jambons sanguinolents de l'arrière plan.

Un tour du monde en photochromes, jusqu'au 21 août 2016 au Musée suisse de l'appareil photographique, à Vevey. www.cameramuseum.ch