Au Festival de Locarno, les équipes dirigeantes changent, mais les traditions restent: tel l'apéritif d'ouverture et la présentation du Jury officiel au Castello Casorella, le jour de l'ouverture, à 18 heures. Des années que le rendez-vous est donné, occasion quasi unique de porter le complet-cravate ou la robe de soirée-talons aiguilles au cours d'une manifestation qui se veut d'abord détendue. Hier, pourtant, des éléments inattendus ont chamboulé les habitudes. Les travaux de la piazza Castello d'abord ont complètement modifié l'entrée du château, transformant les escaliers frais des années précédentes en une pente pavée et dangereusement inclinée: les dames les plus haut perchées, déséquilibrées dans leurs chaussures, s'accrochaient donc au bras de leurs accompagnants.

A ce burlesque spectacle s'ajoutait la chaleur. 35 degrés et 75% d'humidité, mesurait-on dès 10 heures le matin. Si bien qu'hier soir, tandis que l'orage commençait à gronder au loin, les cartons d'invitation s'agitaient pour brasser un peu l'air. Ce qui n'a pas empêché un ou deux évanouissements parmi les convives. Il est vrai, l'assistance fut rarement si abondante et prestigieuse: Moritz Leuenberger, président de la Confédération, et Ruth Dreifuss, cheffe du Département fédéral de l'intérieur, étaient présents, sans discours, félicitant et soutenant simplement la nouvelle direction du Festival.

Et vint le Jury. Dimanche 12, ils seront neuf à désigner leurs Léopards: la Française Emilie Deleuze, jeune réalisatrice de Peau Neuve; la Néo-Zélandaise Kerry Fox, Prix d'interprétation à Berlin pour Intimité de Patrice Chéreau; l'écrivain suisse de langue allemande Zoé Kenny; l'Américaine Janet Maslin, critique au New York Times depuis 1977; l'Italienne Laura Morante, actrice principale de la dernière Palme d'or cannoise, La Chambre du fils de Nanni Moretti; la Britannique Olivia Stewart, productrice de Velvet Goldmine et notamment des Virtuoses; l'Américaine Debra Winger, l'actrice charismatique qui débuta en donnant sa voix à E.T.: le Chilien Antonio Skarmeta, écrivain et réalisateur. Quant au réalisateur italien Ferzan Ozpetek, Irene Bignardi annonçait hier sa défection. Ce qui ramène le Jury de sept femmes et deux hommes (du jamais vu!) à un jury de sept femmes et un homme (encore plus inédit!).