Design

Coup double au Hublot Design Prize 2018

La manufacture horlogère décernait mardi 4 septembre son quatrième prix d’encouragement à un designer. En fait à deux, Studio Formafantasma et Dozie Kanu, qui se partageant 100 000 francs de récompense

En marge du salon Grand Basel dont il est partenaire, Hublot remettait mardi son quatrième Design Prize. Le prix a pour vocation de donner un coup de pouce à un designer déjà établi, mais pas à un grand nom de la branche. Et avec 100 000 francs à la clé, le coup de pouce ressemble davantage à un sacré coup de main. L’année dernière, le jury avait récompensé Carolien Niebling et son projet de design alimentaire autour de la saucisse du futur. Cette année, le jury a décidé de partager le prix en deux tranches de 50 000 francs. Ce choix de ne pas vraiment choisir a sans doute été motivé par le fait que parmi les sept participants se trouve un studio qui fait davantage parler de lui que les six autres.

Lire: La saucisse du futur se prépare avec des carottes, du salami ou des insectes

La lave du Stromboli

Alors oui, Formafantasma entre bien dans le cadre de ce concours. Mais si le studio fondé en 2009 par Andrea Trimarchi et Simone Farresin n’est pas le plus actif sur la scène commerciale (leurs premiers luminaires dessinés pour la maison italienne Flos viennent tout juste d’arriver en rayon), il appartient à ces bureaux de design dont tout le monde parle. Passionnés par les matériaux et les histoires qu’ils racontent, les designers italiens formés à la Design Academy d’Eindhoven et établis à Amsterdam ont ainsi travaillé avec la lave de l’Etna et du Stromboli, se sont inspirés de la vaisselle antique trouvée dans des fouilles archéologiques à Rome et développent depuis 2017 une incroyable ligne de mobilier à partir de déchets de l’industrie électronique.

Peut-être déjà trop célèbre, le duo se voit donc partager le Hublot Design Prize avec Dozie Kanu, designer de Houston, jeune pousse qui monte dans le milieu et qui travaille lui aussi avec du matériel trouvé. Ces objets, pour l’instant tous au stade du prototype, remixent la mode, le street art et la culture hip-hop. Comme Chair IV, fauteuil en mousse présenté pour le concours par le créateur américain, et qu’un cadre en alu maintient rigide. Chic et trash.


Hublot Design Prize, exposition jusqu’au 9 septembre au salon Grand Basel, Messe Basel, www.grandbasel.com et www.hublot.com

Publicité