Livres pour enfants

Coup de projecteur sur deux albums primés

C’est à la fin du mois de mars que la Foire internationale du livre de jeunesse de Bologne décerne ses prix. Comme chaque année, l’édition française sera particulièrement distinguée

L’Oiseau blanc, un album étonnant par ses images signées Charles Dutertre, prenant par son texte, porté par le souffle épique d’Alex Cousseau, recevra le Bologna Ragazzi Award en catégorie fiction.

Lire aussi: Des familles en romans

Tout y est balancement, dialogue; entre le Vieux Continent et le Nouveau Monde, entre la paix et la guerre, entre deux récits, deux époques, et surtout entre un homme et un autre homme.

Fascinante «pixellisation» du réel

Oiseau blanc est le nom d’un Indien d’Amérique, dont le rêve est de voler; ailleurs, en Europe, un aviateur, survivant de la Grande Guerre, a lui aussi un rêve: traverser l’Atlantique. Leurs chemins se croisent, ils reconnaissent en l’autre un frère, un semblable, un homme que ses rêves habitent au plus profond, un double que ses rêves lancent sur les chemins ou dans de folles entreprises.

Il n’y a pas de fin heureuse à cette histoire qui parle des hommes et de leur place sur cette terre, qui suggère qu’il est bon de transmettre, de partager, pour que, plus tard, les choses puissent être racontées. Les illustrations de Charles Dutertre multiplient les formes géométriques colorées, semées de traits et de points, fascinante «pixellisation» du réel, qui n’oublie jamais la dimension onirique essentielle au récit.


Une montagne magique

C’est avec les images qui composent La Montagne que Manuel Marsol, jeune artiste espagnol, a gagné le Prix international d’illustration à Bologne l’année dernière. Un haut format et un titre calligramme, des couleurs extraordinaires, et déjà un foisonnement d’indices et de sens: la couverture est magique.

Voir également:  le site de l'artiste

Les images s’enchaînent alors; incroyablement éloquentes, suggestives, elles racontent une parenthèse dans la vie d’un homme. Chauffeur routier, il gare son camion au bord d’un chemin de montagne pour satisfaire un besoin naturel. Il ne retrouvera son véhicule qu’une vingtaine de doubles pages plus tard. Ce qui se passe entre deux? Une sorte de périple halluciné, une diffraction existentielle. L’homme fait des rencontres, des expériences. Des communions. Des passages.

Une main à travers un tronc en ressort démesurée, un pied plongé dans une mare se déploie comme une créature marine, et tout son être devient autre, animal, végétal, tandis que l’air et l’eau s’inversent. C’est étrange et beau, inquiétant et réjouissant. Et le texte, qui se résume à quelques brèves phrases, accompagne subtilement cette folle expérience.


Alex Cousseau, illustr. de Charles Dutertre, «L’Oiseau blanc», Editions du Rouergue. Dès 8 ans.

Carmen Chica, illustr. de Manuel Marsol, «La Montagne», Les Fourmis Rouges. Dès 7 ans.

Publicité