Scènes

Le couple? Un éternel recommencement

A Lausanne au théâtre Pulloff, dans «Showroom», Olivier Werner raconte la routine de la vie à deux

Une paella, un sofa, et un refrain sans fin. La ritournelle d’une femme affairée à ses fourneaux, tandis que son homme, cintré dans un costume de toréador, est figé dans son silence au salon. Mais voilà que le mâle parle, grain de sable dans la machine infernale. Il veut faire bouger les choses, sortir de son rôle, devenir autre. Le fou, l’inconscient! L’auteur et son personnage féminin savent bien qu’on ne change jamais rien…

Clin d’œil à Beckett et à Pirandello, «Showroom» de Suzanne Joubert navigue avec malice sur les rives de l’absurde et du vrai-faux. A la mise en scène et au jeu, la Sierroise Mali Van Valenberg et le Français Olivier Werner trouvent le ton, acidulé, de cet étrange pas-de-deux. Jusqu’à jeudi 22 déc., au Pulloff.

La mise à mort du quotidien

Que veut dire Suzanne Joubert avec son écriture obsessionnelle, tissée de répétitions et de bugs de la communication? Que personne ne s’écoute? Qu’on est tous prisonniers de notre destin? Ou que l’écriture théâtrale est condamnée à toujours se répéter? Un peu tout cela. Son monologue féminin, malin, compare le réchauffement de la paella au réchauffement climatique – jusqu'à un certain point, ça va, au-delà, c’est le drame — et amène des Touaregs dans la cage d’escalier d’un minable immeuble de Calais. Quant à l’homme, l’affranchi, il s’inspire de la corrida pour tenter une mise à mort du quotidien, mais l’estocade ne porte pas. Le circuit continuera sans fin.

Filets lumineux pour les humeurs

La forme de ce huis clos? Une partition surexcitée pour elle, scandée par cette logorrhée qui panse les plaies. Un jeu placide et naïf pour lui qui tente l’échappée. Le tout dans un décor réaliste – un four, un canapé, une plante, une table — augmenté des cercles de feu ou de froid – des filets lumineux qui encerclent le sofa – selon le thème du débat. Réussi? Habile et plaisant. Mais rien qui inquiète vraiment.


Showroom, jusqu’à 22 déc., Pulloff, Lausanne, www.pulloff.ch

Publicité