Le canton du Jura a beau ne pas avoir de salle de théâtre correspondant aux exigences techniques modernes, il a depuis 1994 une maturité cantonale artistique à option théâtre. La filière propose une initiation à la culture théâtrale, qui englobe aussi bien le répertoire que les textes des grands théoriciens et les évolutions fondamentales de la mise en scène à travers l'histoire. Depuis son lancement, plus d'une vingtaine de lycéens ont profité de cette ouverture, qui ne doit toutefois pas être confondue avec une école préprofessionnelle. Témoignages d'élèves.

«Au départ, je n'imaginais pas faire du théâtre, raconte Mélanie Plüss, qui vient de passer sa maturité. Je me suis lancée dans cette voie un peu par hasard et je ne le regrette pas: j'ai développé un fort sens critique en abordant des pièces, en cherchant à les interpréter et en découvrant parfois les mises en scène auxquelles elles ont donné lieu. Je prépare d'ailleurs actuellement le concours d'entrée dans la section professionnelle du Conservatoire de Lausanne.»

Laure Donzé, 21 ans, qui fait partie de la première génération titulaire d'une maturité théâtrale est depuis longtemps passée à l'acte. «Je voulais faire du théâtre et cette initiation m'a confortée dans mon choix. Ces trois ans ont été décisifs pour moi. Maintenant, ce que je regrette, c'est qu'il n'y ait pas de prolongement possible dans les universités suisses. Il y a bien des cours de dramaturgie, mais ils font partie d'un cursus de littérature. Ceux qui veulent approfondir sont donc obligés de partir. Pour ma part, j'ai décidé il y a trois ans d'aller étudier à l'Université de Montréal, où j'apprends la mise en scène. Je ne suis pas sûre de vouloir revenir.»