Pour la sixième fois, les Journées photographiques prennent leurs quartiers à Bienne durant près d'un mois, dans un paysage urbain marqué, cette année, par le show technologique d'Expo.02. Plutôt que de se noyer aux alentours de l'arteplage, les organisateurs ont donc préféré s'associer à l'Exposition nationale, en s'appropriant le thème traité par la capitale du Seeland: «Pouvoir et liberté».

Le thème est suffisamment large pour comprendre une petite quinzaine d'accrochages photographiques, qui essaiment jusque sur l'arteplage de Neuchâtel. Mais il est aussi dans la cible de l'objectif: la photo, de toute évidence, se change à merveille en outil de pouvoir ou en instrument de liberté, comme le prouvent les images censurées par les autorités militaires suisses durant la Seconde Guerre mondiale ou les clichés de Philippe Gétaz sur le théâtre des manifestations anti-mondialisation.

Si l'on peut craindre le côté un peu fourre-tout de «Pouvoir et liberté», il faut tout de même reconnaître que les organisateurs des Journées de Bienne ont eu raison de profiter de l'effet d'attraction d'Expo.02 pour en prolonger les préoccupations à l'attention des arpenteurs de la vieille ville. Aussi, une fois de plus, ces passionnés que sont Vincent Juillerat et Stefano Stoll n'ont-ils compté ni leur temps ni leur argent pour mettre sur pied cette nouvelle édition du seul festival de Suisse consacré à la photo.

Constamment sous la menace d'une trésorerie fragile mais gérée au plus serré des soutiens financiers, les Journées photographiques ont vu l'effort de leurs têtes pensantes – mieux: de leurs têtes chercheuses – récompensé à fin 2001, puisqu'elles ont reçu une Distinction de la Ville de Bienne pour mérites exceptionnels dans le domaine de la culture. Cette année, elles ont aussi l'honneur de figurer dans le cénacle des manifestations bénéficiaires du «patronage Expo.02».

Cette double reconnaissance souligne la nécessité croissante de telles journées, intelligemment conçues à la frontière des langues dans un pays où les institutions alémaniques qui se consacrent à la photo sont tout aussi actives que les romandes. Bienne est le lieu de leur rencontre avec l'exposition A la Carte! qui se prolonge au Photoforum du Centre PasquArt. Mais Bienne offre surtout un terreau favorable au dialogue entre tous les acteurs de l'image photographique: ce terreau, c'est l'essor actuel des Trois-Lacs et les phénomènes de société sur lesquels le grand raout national, tout comme les Journées, porte un regard mi-sérieux, mi-amusé.