Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Luc Barbezat (devant) et Greg Zavialoff relancent leur Cirque au sommet.
© © sedrik nemeth

Spectacle

Crans-Montana se veut la future capitale du cirque contemporain

Jean-Luc Barbezat et Greg Zavialoff ont de l’ambition. Les producteurs de Cirque au sommet rêvent de faire de la station valaisanne le rendez-vous estival du cirque contemporain. L’aventure commence cet été

Le chapiteau trône au cœur du village de Crans. Il ne laisse que peu de place au doute: l’été fera la part belle au cirque dans la station du Haut-Plateau. Après une première expérience couronnée de succès lors des fêtes de fin d’année en 2016, qui avait attiré 7000 spectateurs, les deux producteurs Jean-Luc Barbezat et Greg Zavialoff relancent leur Cirque au sommet.

L’idée demeure inchangée: proposer un spectacle qui réunit le duo comique Cuche et Barbezat et la compagnie québécoise Machine de Cirque, dont tous les membres sont «échappés du Cirque du Soleil», comme aime à le dire Jean-Luc Barbezat. Avec une différence toutefois, le spectacle proposé cette année est spécialement conçu pour l’occasion.

Une histoire inspirée de l’actualité locale

Depuis début juillet, tout le monde est donc sur place pour un mois de répétitions. L’histoire se construit au jour le jour et s’inspire de l’actualité locale. «Nous avions imaginé le vernissage d’un musée comme toile de fond, raconte Jean-Luc Barbezat. La fermeture de la Fondation Pierre Arnaud à Lens nous a fait changer d’avis.» L’histoire se déroulera donc lors du dernier jour d’ouverture de l’établissement. Cuche et Barbezat camperont les rôles des gardiens du musée et les sept circassiens joueront les visiteurs, pour un spectacle sans paroles mais en musique.

Les difficultés des remontées ce printemps: Fin du blocage à Crans-Montana

«Un art en pleine croissance»

Au total, 23 représentations seront proposées au public du 1er au 26 août. Mais les producteurs voient plus loin. Leur ambition est de faire de Crans-Montana le rendez-vous estival de tous les adeptes de cirque. Et le choix du Valais n’est pas anodin. Le canton a reconnu, il y a trois ans, le cirque comme discipline appartenant aux arts de la scène, au même titre que la danse ou le théâtre. «Cet art est en pleine croissance, il suffit de regarder la programmation des théâtres alentour pour s’en rendre compte. Ils font de plus en plus la part belle aux compagnies de cirque contemporain», se réjouit Greg Zavialoff.

Cirque au sommet s’inscrit parfaitement dans cette effervescence croissante autour du cirque. Parallèlement au spectacle, les producteurs ont en effet décidé de mettre sur pied une académie. En plus des artistes, deux instructeurs et formateurs issus de l’Ecole de cirque du Québec seront présents à Crans-Montana pour distiller leurs conseils lors de stages, proposés au grand public, et de workshops, organisés pour les assidus de la discipline.

Greg Zavialoff compare cette académie au camp organisé chaque été à Verbier pour les gardiens de hockey sur glace: «Il permet aux jeunes de se perfectionner, mais il leur offre également l’opportunité de côtoyer des professionnels, explique-t-il. C’est exactement dans cette direction que nous souhaitons aller.» Il s’imagine déjà dans dix ans avec un artiste ayant pris part à l’académie qui participe au spectacle. «Ce serait génial», nous glisse-t-il, le sourire en coin.

En 2004, quand Cuche et Barbezat étaient au Knie: Déjeuner avec Cuche et Barbezat. Mais qu’est-ce que c’est que ce cirque?

Une offre complémentaire

Aucune volonté toutefois de la part des producteurs de concurrencer les institutions de la branche en Suisse. «Notre offre se veut complémentaire à ce qui se fait tout au long de l’année», tient à préciser Greg Zavialoff, qui imagine volontiers un spectacle commun des écoles de cirque sous le chapiteau de Crans-Montana.

L’académie n’est toutefois qu’un premier pas. Les producteurs ne se fixent, semble-t-il, pas de limite pour faire de Crans-Montana une référence en matière de cirque contemporain. «Plusieurs nouvelles actions peuvent venir se greffer à l’avenir sur ce que nous avons déjà mis en place», confirme Greg Zavialoff. Et Jean-Luc Barbezat d’ajouter que la présence de la troupe sur place pourrait être plus importante dans les années à venir: «Nous pourrions débuter plus tôt ou prolonger jusqu’en septembre.»

L’ambition des producteurs de Cirque au sommet est donc de s’ancrer en Valais, dans la durée. Leur rendez-vous se veut en tout cas une biennale et leur présence en 2020 est confirmée. Mais on pourrait les revoir plus tôt sur le Haut-Plateau. «Un spectacle en 2019 n’est pas encore exclu», nous souffle Jean-Luc Barbezat, dont la volonté est de pouvoir proposer, à terme, un rendez-vous chaque été aux circassiens.


Cirque au sommet. Spectacle: 23 représentations du 1er au 26 août à Crans-Montana. Académie: camp de découverte ou de perfectionnement du 6 au 11 août ou du 13 au 18 août à Crans-Montana.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps