C’est le pari d’une cité. De vendredi à dimanche, Yverdon va connaître son premier festival dédié à la création numérique, sous toutes ses formes; piloté par une association fraîchement créée et programmé par le musée de la science-fiction la Maison d’Ailleurs, «Numerik games» brasse large dans ce domaine précis, des jeux vidéo aux installations artistiques.

Lire aussi: En Suisse, le difficile essor de l’e-sport

Pour la municipalité, où la droite est redevenue majoritaire l’année passée à la faveur du changement de syndic, l’enjeu a son envergure: il s’agit de se doter d’un «événement culturel majeur». L’hypothèse a été formulée lors d’un concours d’idées, afin de donner un nouveau souffle à la ville. Un premier essai, d’un jour, a eu lieu l’automne dernier.

Le syndic Jean-Daniel Carrard raconte que cette piste a vite été jugée «visiblement séduisante»; «Ce projet mêle culture et technologie, il nous est apparu comme novateur.» La prise de risque financière demeure modeste, 150 000 francs pour la Ville, un tiers environ du budget.

Un sujet trop pointu?

S’il s’agit de placer la ville sur la carte culturelle suisse et européenne pour quelques jours, le thème n’est-il pas trop pointu? «On ne comprend pas tout dans le programme…», concède Jean-Daniel Carrard: «Il y a peut-être une différence de générations. Mais je constate un fort intérêt sur les réseaux sociaux, notamment.»

Au fond, dans un paysage romand presque saturé de festivals, Yverdon cherche sa nouvelle place. Le syndic l’indique: «Nous voulons essayer une proposition originale.» En valorisant la ville comme cité des innovations. Elle possède son technoparc, en expansion, et héberge le site principal de la Haute école vaudoise d’ingénierie et de gestion.

Des événements grand public

Les organisateurs, eux, veulent souligner le caractère grand public de leur démarche. Il y aura bien de nombreuses conférences sur les aspects les plus divers et précis de l’avenir numérique; mais aussi, un brunch géant dimanche, un ample cosplay au Théâtre Benno Besson, où chacun pourra se dévoiler costumé et grimé en personnages de jeux vidéo ou de dessins animés, ainsi que des séances de «retrogaming» qui promettent des heures d’une nostalgie pixelisée.

Lire également: Le sport électronique du petit au grand écran


Numerik Games. Yverdon, divers lieux au centre, du 2 au 4 septembre.