Après plus de sept heures de train et de car postal, on aperçoit un parallélépipède de béton le long de la route cantonale qui file en direction de la douceur italienne. C’est dans ce monolithe posé tel un bloc erratique à Stampa dans le Val Bregaglia (canton des Grisons), que l’artiste bâloise Miriam Cahn s’est exilée, au plus près de la nature, loin des tumultes du monde et pourtant toujours en prise avec eux.