Un lit connecté en forme de carapace d’insecte, avec des tentacules qui s’agrippent aux mains et pieds du dormeur pour le soigner; un fauteuil qui ressemble à un squelette et dans lequel on peut manger en étant manipulé pour favoriser la digestion; un sarcophage-cocon piloté à distance pour pratiquer des autopsies et opérations… Bienvenue dans l’univers de David Cronenberg, qui après plusieurs incursions dans le thriller et le drame psychologique renoue, pour la première fois depuis eXistenZ en 1999, avec les excroissances organiques, les corps modifiés et autres bizarreries qui ont fait sa réputation dans les années 1970 (Chromosome 3, Scanners, Vidéodrome).

Dans un décor postapocalyptique, Les Crimes du futur (qui n’a rien à voir avec le film du même titre réalisé par Cronenberg en 1970) s’ouvre, après l’assassinat d’un enfant par sa mère qui sera plus loin au cœur du récit, sur un étrange couple d’artistes connu pour ses performances au cours desquelles Caprice (Léa Seydoux) tatoue en direct des organes de Saul (Viggo Mortensen) qu’elle va ensuite lui retirer pour en faire des œuvres d’art. Mais Caprice ne pratique pas ses ablations au hasard: les organes ainsi prélevés sont ceux que le corps de Saul ne cesse de fabriquer… Bienvenue dans l’univers de David Cronenberg et dans un monde où on ne ressent plus la douleur et où les corps mutent pour s’adapter à l’évolution. Dans l’ombre, le Registre national des organes, pour lequel travaille Timlin (Kristen Stewart), prend soin de recenser chaque mutation. La jeune femme est fascinée par l’idée que la chirurgie et la scarification ont remplacé le sexe.

Retrouvez tous nos articles sur le 75e Festival de cannes

Au-delà de ce qu’il montre, Cronenberg livre ici une passionnante réflexion, entre dystopie et transhumanisme, sur la manière dont l’homme devra d’une manière ou d’une autre trouver de nouveaux moyens de survivre sur une planète qu’il est en train de détruire. Si certains s’offusqueront à n’en pas douter des plaies béantes filmées avec sensualité comme à l’époque de Crash – cette adaptation de J. G. Ballard qui avait en 1996 divisé la Croisette –, voir le cinéaste canadien ainsi renouer avec ce qui a fait sa réputation sera pour les cinéphiles une savoureuse madeleine.