Des marionnettes qui volent au bout de leurs fils, un loup qui chante comme un crooner, une grand-mère canne au vent qui fait son aérobic au son d'un succès de Broadway... Au Théâtre des Marionnettes de Genève, évacuée la sagesse de Grimm et Perrault. Revisité à la sauce yankee par Guy Jutard, directeur des lieux, et Liviu Berehoï, marionnettiste virtuose, Le Petit Chaperon rouge a tout du cocktail explosif. Et le public des 4-6ans exulte devant cette version survoltée qui donne des ailes à la tradition.

Depuis son arrivée en 2002 à la tête du Théâtre des Marionnettes de Genève (TMG), Guy Jutard a vivifié la vénérable institution. Il a imaginé des spectacles pour les tout-petits, y compris les bébés, et, à l'autre bout de la chaîne, il assure une programmation adulte de qualité. Le champ de la marionnette est vaste et le directeur, lui-même praticien, n'a pas peur de le fouler tout entier.

La preuve, une nouvelle fois, avec ce Chaperon rouge cartoon où la technique classique des marionnettes à fils ne le retient pas dans sa soif d'innover. L'idée? Propulser l'héroïne de Grimm et Perrault dans un univers à la Tex Avery. Conçus par Pierre Monnerat, décors et poupées adoptent le principe d'une ligne claire avec la courbe des volumes soulignée en blanc. Le loup, malingre, évoque le Coyote et le Chaperon a des allures de punkette déchaînée. De plus, tous les personnages ont les yeux mobiles, ce qui renforce le côté agité.

La même insolence préside au jeu. Sous la direction de Claude-Inga Barbey, les deux facétieux ne cessent d'aligner faux contretemps et vraies ruptures. La meilleure? Le moment où Liviu Berehoï craque lorsqu'il doit sacrifier la grand-mère. Il pleure tant qu'il se retire en coulisse et Guy Jutard d'improviser un interlude pour chaussettes sales. Le cri de joie des enfants quand le marionnettiste roumain réintègre l'aire de jeu en témoigne: ce Chaperon suscite la passion.

Chaperon rouge cartoon, jusqu'au 12 octobre au Théâtre des marionnettes de Genève, rue Rodo 3, 022/418 47 77, http://www.marionnettes.ch, 1h.