Chaque année, les Amis du Concours de Genève offrent aux lauréats l'occasion de se produire en concert - un écho à la compétition. Applaudissements nourris, mardi soir au BFM de Genève. Il y avait là une clarinettiste, un ténor et une soprano issus de la cuvée 2007, mais aussi un baryton qui s'est distingué récemment au Concours de chant de Verviers (Opéra royal de Wallonie-Liège). Pour la première fois, l'Orchestre de chambre de Genève accompagnait ces lauréats sous la baguette de son nouveau chef titulaire Patrick Lange.

Sonorités claires et transparentes, cordes ciselées, timbales bondissantes: le chef allemand offre un écrin aéré à Shirley Brill. Cette jeune clarinettiste israélienne déploie un souffle extraordinairement ample, nuancé et sensuel dans le Premier Concerto de Weber - et dire qu'elle n'a remporté qu'un Deuxième Prix!

Le ténor coréen Yoon Jong Kook n'a qu'à ouvrir la bouche pour faire jaillir un timbre d'or. C'est une voix chaude, naturellement puissante, homogène du grave à l'aigu. Ce champion du legato doit améliorer sa diction allemande et pourrait donner plus de fébrilité à l'air de Max tiré du Freischütz de Weber. On le sent plus à l'aise dans L'Elixir d'Amour, où il donne la réplique à Anna Kasyan. Cette soprano géorgienne a du caractère. Son timbre fruité et aiguisé sert aussi bien Rosine dans Le Barbier de Séville («Una voce poco fa» aux vocalises habilement négociées) qu'Adina dans L'Elixir d'Amour. C'est une actrice née. Le baryton coréen Jung-Hyun Moon chante le «Largo al factotum» de Figaro avec prestance.