ENFANTS

Critique: «Donne-moi sept jours»

La création d’Isabelle Matter et de Domenico Carli sur la naissance des premiers hommes est un hymne joyeux au théâtre. A voir jusqu’au 30 novembre à la Maison de quartier de la Jonction à Genève, puis à La Bavette, à Monthey, le 7 décembre

La mythologie des origines à l’usage des plus jeunes, dès 4 ans, un pari osé. Amoureux des récits anciens, Isabelle Matter et Domenico Carli avaient déjà adapté l’Antigone de Sophocle avec doigté en 2008, en plaçant la barre dès 7 ans. Aujourd’hui, le duo d’auteurs puise à nouveau aux sources de la Grèce antique pour conter la naissance des premiers hommes. Leur fable, Donne-moi sept jours, relève le défi en alternant les niveaux de jeu et en ménageant le suspense. Car ici, dès son avènement, l’être humain est en sursis. Il a une semaine pour faire ses preuves, sous peine de disparaître dans les oubliettes de l’histoire.

Si le spectacle dirigé par Isabelle Matter n’est pas sans reproches (longueurs et jeu parfois maladroit), il n’en demeure pas moins généreux. Les références sont multiples: comme celle de Prométhée inspirant un valet qui a foi en l’humanité, l’androgynie originelle avant la séparation des sexes, Cerbère gardien des enfers, ou encore l’éviction du paradis. Les plus jeunes ne retiendront peut-être pas tout mais ils goûteront cette épopée bien balisée.

Au commencement donc, Monsieur et Madame Dieu se morfondent après avoir créé un monde parfait. L’opération de peuplement s’impose vite. Mais à côté des autres créatures, l’humain fait pâle figure. Son heure est comptée… Le couple divin (Myriam Sintado et Jose Ponce) se mue alors en manipulateurs-interprètes pour donner leur chance à André et Ginette, marionnettes de table assemblées et désarticulées en un tournemain (elles sont l’œuvre d’Isabelle Matter et de Cécile Chevalier). Le plaisir du jeu n’est pas feint et culmine dans un final réjouissant: une mise en abyme pour célébrer la création. Donne-moi sept jours, Genève, Maison de quartier de la Jonction, jusqu’au 30 nov.: 022 545 20 20. Et à Monthey, La Bavette, sa 7 déc. 024 475 79 63. 1h. Dès 4 ans.

Publicité