Les choses avaient mal commencé. Avec le Little Dreams Band de Phil Collins, académie de baby-stars à la pop laborieuse, l'Auditorium Stravinski se recalait jeudi soir à l'Ecole des fans. Tremplin dont l'esprit bon enfant allait donner le ton de la nuit. Quelques marches plus bas, le trio lausannois Zorg égrène ses bluettes acoustiques, belles et lisses comme autant de perles d'un collier démodé.

Marque de fabrique et limite de l'esthétique zorguienne, la guitare acoustique assoit avec Turin Brakes sa domination montreusienne. Gratifié d'un chanteur au lyrisme savoureux, le groupe anglais met à nu son écriture boisée. Là encore, hélas, la systématique acoustique dilue dans la redite les charmes frêles du duo. Retour au premier, où le bellâtre Craig David, étoile de la soul britannique, allume des brasiers adolescents. Un rien gauche en scène, le chanteur sucré recrache à la perfection les mélodies accrocheuses de ses tubes, trahi dans son dos par une rythmique pataude qui en élime tous les reliefs r'n'b. Il y a des jours comme ça, où être Anglais n'est pas être anguleux.