Demander au public de signer une création chorégraphique? Telle est la dernière fantaisie du Genevois Foofwa d'Imobilité, enfant surdoué de la danse et créateur soucieux de «rendre l'art démocratique». Dans The Making of Spectacles, à l'affiche de l'ADC, à Genève, l'artiste demande aux spectateurs de composer le menu de la soirée en marquant leur préférence pour un thème, une séquence, une bande-son, un éclairage ou un costume parmi les éléments proposés. A chaque fois, trois choix. Et, à chaque fois, l'engouement d'un public amusé qui vote à main levée. Pour un résultat final convaincant? Pas tout à fait, même si l'intérêt du projet ne s'arrête pas à cette notion de qualité.

Fils d'une danseuse étoile et d'un photographe de renom installés à Genève, Foofwa d'Imobilité semble poursuivre une mission: désacraliser l'art et montrer sa part aléatoire. Pas l'once d'une solennité, donc, chez ce chorégraphe qui a su danser avant de parler. Il s'amuse des figures imposées et amuse la galerie avec ses ruades inspirées. Ici, dans The Making of Spectacles, le public est visiblement ravi de pouvoir décider du visage que prendra la chorégraphie. Drapé dans un pendrillon noir, style docteur en toge, le danseur donne les consignes de la soirée. Il s'agira de regarder, puis de voter. La tonalité générale d'abord. Préférera-t-on ce qui ressemble à des fantômes égarés dans un cimetière hululant? Ou ce qui pourrait évoquer une séance de photos de top models sautillants? Et pour l'éclairage, choisira-t-on le rouge qui jaunit ou le bleu qui verdit? Côté citation des œuvres fondatrices, on aurait bien craqué pour une parodie de Parsifal, mais c'est le film Basic Instinct qui l'a emporté...

A chaque soir, donc, une ultime combinaison -il y en a plus de mille - et la certitude d'assister à une édition unique. Mais ce privilège rappelle paradoxalement l'impact d'une signature singulière. Car peu importe la multitude de possibles. Ce qu'on attend de la création, n'est-ce pas au contraire l'affirmation d'une vision?

The Making of Spectacles. Genève, à l'ADC, Salle des Eaux-Vives, rue des Eaux-Vives 82-84; me-di à 20h30; jusqu'au 7 juin. (Rens. 022/320 06 06, http://www.adc-geneve.ch). 1h30.