Michel Portal souffle à Cully ce soir, en duo avec le guitariste Sylvain Luc. Le clarinettiste français était déjà au programme du festival, en 1998, dans un autre duel suprême. Avec l'accordéoniste Richard Galliano, Portal avait touché, comme il le fait de plus en plus souvent dans des thèmes inspirés de Piazzolla, un bandonéon dont la mécanique se coinçait parfois. Portal était agacé, il s'évertuait à réparer en scène les défaillances de l'instrument. A l'issue du spectacle, il débarquait dans les coulisses, irrité par l'incident. Portal traquait le regard des passants, il se jetait sur les aficionados qui venaient le féliciter d'une prestation sublime. Le musicien croyait à des flatteries. La respiration frénétique, le regard inquiet, Portal exhalait la douleur de n'avoir pu être à la hauteur de ses propres exigences.

Excellent interprète de musique classique, Portal ressent rapidement le besoin, il y a plus de vingt-cinq ans, de se battre contre ses propres démons. Il se lance donc dans une voie périlleuse, celle de l'improvisation, et enregistre certains jalons marquants du jazz européen. Depuis, malgré ses succès, le clarinettiste sceptique essaie toujours d'atteindre en concert une grâce à portée de main. Et c'est dans cette quête bruissante, inaboutie, que naît l'aura de sa musique.

Michel Portal et Sylvain Luc

en concert. Jeudi 29 mars à 19 h 30. Cully Jazz Festival, Next Step.

Tél. 021/799 40 40.