En ce début avril, on aurait dû entendre des accords blues, des échos de jams manouches et des complaintes de saxo s’élever en Lavaux. Festival du printemps par excellence, le Cully Jazz doit pourtant patienter, dans l’espoir de proposer une 39e édition revisitée plus tard dans l’été. Pas question de se résoudre au silence pour autant: la musique, il la distille dès maintenant… dans les vignes. Il suffit de se promener pour y goûter.

Lire aussi: Le Cully Jazz vise une fenêtre estivale pour sa 39e édition