A la fin février, le festival Antigel, manifestation genevoise célébrant les arts vivants dans une multitude de salles et de communes du canton, a eu lieu malgré la pandémie. Grâce à un certain nombre d’idées ingénieuses et audacieuses, il a été possible de contourner l’interdiction de donner des spectacles en public, et ce, notamment grâce à la collaboration des paroisses protestante et catholique de Satigny et de Bernex. Une idée qui, tout d’abord, rappelait les anciennes éditions d’Antigel, comme le souligne son codirecteur Eric Linder: «Chaque année, il y a des concerts dans des églises, ce qui, pour nous, est donc d’abord une normalité.»

Sur Antigel: Les fruits juteux d’une édition clandestine