Le biopic se porte bien ces temps-ci. Le succès rencontré par Bohemian Rhapsody est tel qu’après Freddie Mercury et Elton John, David Bowie semble le mieux placé pour jouer les prochaines victimes. Voilà dix ans, Ian Curtis (Joy Division) avait déjà eu l’honneur d’un exercice dont les limites sont souvent rédhibitoires: on n’y apprend rien ou presque, et le scénario se contente de tricoter le mythe sans vraiment fouiller les méandres de la réalité.

Notre chance ici: une telle mise en scène, souvent proche de la mise en abyme, est juste impossible avec Daniel Darc. Pieces of My Life, le film au titre d’une chanson d’Elvis Presley, montre toutes les facettes d’un personnage et des clichés qui lui ont collé à la peau – en vrac: inclassable, authentique, écorché vif, insaisissable.