Tout spectateur passionné est un géographe en puissance. D'une nuit théâtrale à l'autre, il définit les frontières d'un territoire idéal, jonché de noms d'artistes qui brillent comme l'étoile du berger. L'amateur de danse, qui consacre sa vie à chercher le sens du mouvement, a ainsi sa carte du ciel, avec ses phases lunaires, ses caprices vénusiens. Pour aimantes qu'elles soient, ces mémoires ne sont pourtant pas infaillibles. Le balletomane a ses blancs. Par chance, la journaliste biennoise Sylvie Zaech veille. A l'enseigne de l'Association faîtière suisse des professionnels de la danse, elle offre un site (http://www.dansesuisse.ch) précieux: moult spectacles à l'affiche en Suisse y sont annoncés, chorégraphes et danseurs y ont leurs notices biographiques, des écoles amateurs ou professionnelles y sont présentées, etc.

Mieux qu'un annuaire exhaustif ou qu'un agenda utile, Sylvie Zaech propose aussi un point de vue sur la danse, avec une liste de spectacles vus dans le passé ou récemment, tous assortis d'une critique; avec aussi un point régulier sur le «Projet danse» promu par l'Office fédéral de la culture et Pro Helvetia, dans le cadre de la future loi sur l'encouragement à la culture. Ce site est un aide-mémoire providentiel.

A la rubrique «chorégraphe et compagnies», le curieux a le choix entre une centaine de noms, de Fabienne Berger, pour les pionniers, à Gilles Jobin, pour la nouvelle vague. De quoi mesurer la richesse du paysage chorégraphique suisse, l'amplitude d'une histoire qui s'accélère au début des années 80.

http://www.dansesuisse.ch