Etre enfermé dans un sous-marin, c’est l’abysse de la claustrophobie. L’épreuve marquait les ouvrages d’origine et Das Boot, le film de Wolfgang Petersen de 1981, signalé par les amateurs pour son réalisme. Evidemment, puisqu’il est à présent question d’une série, on ne peut rester en permanence dans la machine de guerre sous-marine.

Découvrez notre série d'été sur les sous-marins

Plusieurs pôles

Das Boot, la série que montre la RTS ces temps, s’articule ainsi autour de plusieurs pôles. Les aventures rapidement complexes d’une jeune femme, secrétaire puis traductrice, à peine arrivée à La Rochelle en cette année 1942. La mauvaise passe dans laquelle se trouve son frère, qui fait fuiter des documents à la résistance. Un réseau, précisément, de résistants qui cherchent en particulier à obtenir des plans des sinistres U-Boot. Et les défis d’un jeune commandant prenant les rênes de l’un de ces engins flambant neufs, dans lequel se trouve le frère…

Créée par Tony Saint et Johannes W. Betz pour Sky Allemagne, la série a été dévoilée en 2018 déjà. Comme elle n’a pas été harponnée par les services de streaming, des chaînes publiques, la ZDF en premier, peuvent la diffuser en clair.

Retrouvez tous nos articles sur les séries

Ce satané U-Boot demeure central

Les auteurs se placent directement sous l’égide des deux livres initiaux, sans mentionner le film de 1981. On devine que le propos sera plus étoffé, au risque d’une dilution. Mais l’U-Boot demeure central, et le danger permanent dans lequel vivent ses occupants est posé dès la scène d’ouverture du premier épisode, un désastre. «Nous le testons, mais il nous teste aussi», lance le commandant. Appareil infernal et fascinant.

Dans la récente série estivale du Temps consacrée aux sous-marins, il était indiqué que «depuis les années 1920, près de 200 films ont été consacrés [au sous-marin], tour à tour représenté comme une menace ou plutôt théâtre d’une (périlleuse) aventure». Voici une déclinaison de plus, originale.


«Das Boot». Série de huit épisodes (deux saisons à cette heure). RTS, le lundi soir en diffusion classique.