Les musiciens n'ont pas attendu la vague verte incarnée par Greta Thunberg et les marches pour le climat pour chanter une planète menacée. Chaque semaine de l'été, «Le Temps» vous propose de (re)découvrir une chanson engagée.

Episodes précédents:

Plus de cinquante ans de carrière, 26 albums studio officiels, des collaborations multiples et des réinventions constantes, sans parler de ses activités artistiques et cinématographiques, ni de la façon dont il a toujours été en avance, toujours un phare, jamais un suiveur. David Bowie est sans conteste l’un des musiciens les plus influents du XXe siècle. Mais forcément, malgré une ahurissante série d’enregistrements majeurs, sa discographie compte quelques menues baisses de régime. A ce titre, son disque le plus faible reste Never Let Me Down, sorti en avril 1987 et en partie enregistré à Montreux.

Production clinquante, arrangements synthétiques, pop passe-partout, il n’en faudra pas plus pour que Bowie évoque plus tard ses «années Phil Collins» pour qualifier cette période peu fertile. La tournée qui suivra, le Glass Spider Tour, sera alors la plus ambitieuse – et la plus critiquée aussi – en termes de décors et de mise en scène. Elle ne passera pas par la Suisse.

Classement: David Bowie en cinq albums essentiels

Deuxième single extrait de l’album, Time Will Crawl est, avec Zeroes, le titre le plus intéressant de Never Let Me Down, tant au niveau du fond que de la forme. Sur une mélodie efficace, doucement syncopée et transcendée par la guitare de Peter Frampton et un saxophone au groove imparable, l’Anglais annonce l’effondrement d’une époque, avec en ligne de mire un XXIe siècle qui pourrait être le dernier.

Tout au long du morceau, il file une métaphore écologiste pour décrire un monde souillé, à l’agonie. Time Will Crawl est, dira-t-il, une réaction à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il se trouvait en Suisse, face au Léman, lorsqu’il a appris l’explosion de la centrale. Un remix plus rock figurera en 2008 sur la compilation iSelect, supervisée par Bowie lui-même. Cette version se termine sur 30 secondes de silence. Comme un aperçu de la fin des temps.