Vous avez envie d’une soirée vibrante de chaleur humaine et de poésie rugueuse? Vous rêvez de rencontrer des personnages attachants, qui nous rappellent que la vie se vit là, tout de suite, dans l’instant? Alors vous irez ce mercredi à Nebia, voir Pueblo, un monologue interprété par le virtuose David Murgia. Celui qui, l’an dernier, a incarné avec fougue Tom Medina dans le dernier film de Tony Gatlif, porte pour la troisième fois la parole d’Ascanio Celestini au théâtre biennois, et c’est un tourbillon d’images, de chagrin et de joie.