Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
David Torreblanca: «Les artistes, je ne les vois pas. De toute manière, je suis plutôt timide et ne saurais pas quoi leur dire.»
© Cyril Zingaro pour Le Temps

Portrait

David Torreblanca, au service des spectateurs

C’est après des études à l’Ecole hôtelière de Lausanne que l’Helvético-Chilien se voit engager en 2004 par le Montreux Jazz. Il y programme aujourd’hui le Jazz Lab, la salle la plus tendance du festival

A l'occasion de ses 20 ans, Le Temps propose sept explorations thématiques, sept causes. Ces prochaines semaines, nous nous intéressons au boom de créativité qui anime la Suisse depuis quelques années. Cette semaine une série de portraits de programmateurs musicaux:

Lire aussi: Sébastien Vuignier, agent positif

Notre page spéciale: La créativité suisse

Jamais, mais vraiment jamais, il n’ira travailler pour un autre festival. «C’est Montreux ou rien, vous pouvez l’écrire», insiste-t-il lorsqu’on lui glisse qu’à force de se faire prescripteur, il doit susciter bien des envies parmi la concurrence. Mais David Torreblanca se sent chez lui au Jazz Festival, et s’il devait le quitter, ce serait pour s’installer à l’étranger ou prendre la gestion d’un hôtel, dit-il.

Les artistes, je ne les vois pas. De toute manière, je suis plutôt timide et ne saurais pas quoi leur dire. Je laisse ça à Mathieu, c’est son travail.

David Torreblanca, programmateur du Montreux Jazz Lab

Il parle vite, se marre souvent, a l’enthousiasme contagieux. On devine aisément qu’il vit à cent à l’heure et qu’il a le sens de la fête. Ça tombe bien, aimer sortir et s’amuser est une condition nécessaire à son activité de programmateur: David Torreblanca est en charge, avec l’appui de Rémi Bruggmann, de dénicher les artistes qui chaque première quinzaine de juillet font du Montreux Jazz Lab la salle tendance du festival lémanique, le club où l’on peut venir écouter, dans tous les genres, les artistes du moment et les futurs grands noms de demain, à l’image de Rag’n’Bone Man, aperçu en 2016 avant l’explosion de son tube «Human».

Directeur opérationnel

Les treize premières années de sa vie, David Torreblanca les a passées au Chili, où sa mère, missionnaire valaisanne, est tombée amoureuse. Après un passage par Sion suite à leur décision de fuir la dictature de Pinochet, ses parents s’installent finalement à Neuchâtel avec lui et ses quatre frères et sœurs. Son cursus est classique, école secondaire puis gymnase, mais il confesse aussi «beaucoup de conneries». Il travaillera finalement deux ans comme aide-soignant dans un EMS afin de financer ses études à l’Ecole hôtelière de Lausanne. Son diplôme en poche, il répond en 2004 à une annonce du Montreux Jazz, qui cherche un coordinateur de la restauration. Quatorze ans plus tard, David Torreblanca est un des maillons essentiels à la réussite du festival. «J’ai un peu fait mon chemin», résume-t-il modestement.

Claude Nobs et son bras droit puis successeur Mathieu Jaton ont eux aussi étudié l’hôtellerie. On ne sait pas si ceci explique cela, mais toujours est-il qu’il a toujours la confiance de ses patrons. Un beau jour, Mathieu Jaton lui propose d’organiser une soirée au Jazz Café, haut lieu des nuits montreusiennes gratuites. Celle-ci fonctionne bien et sans vraiment réaliser ce qui lui arrive, David Torreblanca se retrouve programmateur en chef du Jazz Lab en 2013. Dans le même temps, il est propulsé directeur opérationnel du festival, ou COO (pour chief operating officer), un poste qui le voit superviser la sécurité, les aménagements, les points de vente, l’infrastructure et la décoration. Pendant toute la durée du festival, il travaille de 8 heures à 2 heures du matin, enchaîne les séances et n’a guère le temps d’aller traîner dans les loges. «Les artistes, je ne les vois pas. De toute manière, je suis plutôt timide et ne saurais pas quoi leur dire. Je laisse ça à Mathieu, c’est son travail.»

«Je suis timide mais je me soigne», a dit Pierre Richard dans un film qui n’a pas révolutionné l’histoire de la comédie franchouillarde. David Torreblanca a de son côté suivi un cours de prise de parole en public à La Manufacture, la Haute Ecole de théâtre de Lausanne. Car il se souvient de ce jour où Claude Nobs lui a demandé de venir présenter avec lui une soirée à l’Auditorium Stravinski. Une soirée à consonance latino, d’où l’envie de «funky Claude» d’avoir un hispanophone à ses côtés. «J’ai bu deux ou trois shots et je suis monté sur scène avec lui. Il fallait ensuite revenir annoncer le deuxième groupe et Claude n’était pas là, j’ai dû y aller seul. Sur le moment, c’était horrible…»

«Au taquet sur les réseaux»

Programmateur est un métier, mais celui-ci ne s’apprend que par la pratique. David Torreblanca insiste même sur le fait qu’il n’a jamais été «un fou de musique. Mes connaissances se limitaient au gothique et à la new wave. Je me suis formé sur le tas, j’ai voyagé, beaucoup écouté.» Ecouter de tout et tout le temps, voilà la clé, dit-il. «Il faut être au taquet sur les réseaux sociaux, observer le nombre de «like» sur Facebook, suivre les comptes Twitter. Sur mon ordinateur, j’ai un onglet avec une centaine de sites spécialisés ou plateformes que je consulte régulièrement. Il faut aussi voyager, voir des concerts, rencontrer d’autres professionnels.»

L’Helvético-Chilien, qui garde du pays de son enfance le souvenir d’une union fraternelle entre les gens – dictature oblige – et se souvient avoir beaucoup pleuré dans l’avion qui l’amenait en Suisse, programme également la scène gratuite du Lisztomania. L’année dernière, il y avait invité le rappeur belge Roméo Elvis, qui cet été est au sommet de sa jeune carrière. Le Lab accueillera dans deux semaines plusieurs représentants d’une nouvelle scène hip-hop francophone en pleine effervescence (La Smala, Hamza, Moha La Squale, Caballero & JeanJass, Lomepal), mais aussi des valeurs sûres – Charlotte Gainsbourg, Alice in Chains – ainsi que de beaux plateaux soul, folk rock, chanson ou électro.

Lire aussi: Roméo Elvis: «Le rap, c’est le nouveau rock»

Il y a chez David Torreblanca une envie constante «de faire découvrir des choses», mais aucune prétention à vouloir être le premier à révéler un nouveau talent. La programmation n’est pas une science exacte, plus une affaire d’équilibre entre «des artistes qui n’ont pas encore émergé, ceux qui sont en train d’émerger et ceux qui ont déjà émergé». Mais il existe une règle d’or: «Il ne faut pas programmer pour toi, il faut travailler par passion pour les autres.»


Profil

2004 Entre au Montreux Jazz Festival comme coordinateur de la restauration.

2012 Murmure à l’oreille de la programmatrice Michaela Maiterth qu’elle ferait bien d’inviter une jeune chanteuse américaine qui monte: Lana Del Rey.

2013 Devient programmateur du Montreux Jazz Lab, ex-Miles Davis Club.

2018 Le Jazz Lab attend Moha La Squale, Charlotte Gainsbourg, Leon Bridges, Juliette Armanet, Ben Howard ou encore Tyler, The Creator.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a