Portrait

Daya Jones: «On a besoin de se connecter à notre corps»

La danseuse et chorégraphe vaudoise est l’invitée de la 4e édition de TEDxLausanne Women, ce jeudi au SwissTech Convention Center. Avec le «sassy concept», qui veut valoriser la femme en la connectant à son corps, elle s’impose dans le panorama de la danse suisse

La conversation à peine débutée, Daya Jones nous tutoie, spontanément. Un brin intriguée, on comprend vite que la jeune femme est un mélange de douceur et de franc-parler. Ce jeudi, elle s’apprête à monter sur la scène du SwissTech Convention Center de l’EPFL (Ecole polytechnique fédéral de Lausanne), à l’occasion de TedxLausanne Women. Thème de cette 4e édition: «Bold + Brilliant», autrement dit audacieux et brillant.

Daya Jones viendra présenter son concept de danse et se produira sur scène. Véritable découverte de soi, le sassy concept («concept impertinent») souhaite mettre en valeur la femme et l’aider à chérir davantage son corps. La Lausannoise de 30 ans appréhende un peu de parler pour la première fois devant plus de 1000 personnes, mais se réjouit d’y être. En attendant, elle revient sur son parcours avec pudeur avant d’évoquer ses projets futurs.