Culture

Débat. La Suisse à l'Eurosong 2005: zéro points

George Wismer, directeur des programmes de Swiss Music Radio, chaîne câblée lancée en 2002 basée à Buonas (ZG), entièrement consacrée à la musique suisse (Genève FM 107.4; Lausanne FM 94).

Les responsables du divertissement des trois chaînes de SSR Idée Suisse ont donc choisi un groupe de chanteuses estoniennes, les Vanilla Ninja, pour représenter la Suisse à l'Eurosong 2005 (ex-Eurovision) qui se déroulera à Kiev. Cette décision a entraîné de nombreuses réactions, parfois très émotionnelles, de la part des musiciennes et musiciens suisses. En tant que chaîne consacrée à la musique suisse (entendue au sens large comme étant composée en Suisse par des groupes de tous les horizons) nous avons reçu de très nombreux messages d'auditeurs en colère. A l'unisson de notre public, nous considérons cette décision comme un affront fait à la scène musicale suisse. Où sont donc passés les concepts d'Idée Suisse et de service public si chers au directeur général de la SSR, Armin Walpen?

L'Eurosong n'est pas un simple concours de chansons. Il s'agit aussi de présenter un pays à 100 000 millions de téléspectatrices et téléspectateurs de toute l'Europe. Représenter la Suisse avec Vanilla Ninja, c'est comme faire de la publicité pour Zermatt avec la tour de Pise. Nous avons écrit au producteur et compositeur des Vanilla Ninja, l'Allemand David Brandes, en lui demandant de se retirer de la manifestation. Voici sa réponse: «Je suis sous contrat avec la DRS. La chaîne m'a engagé pour représenter la Suisse à l'Eurosong.» Le nœud de l'affaire est posé: les Vanilla Ninja n'ont pas été choisies par le biais d'un concours effectué sur l'ensemble du territoire suisse comme c'était le cas lors des précédentes éditions de l'Eurovision. L'exemple de Céline Dion, qui a représenté la Suisse à l'Eurovision 1988, est systématiquement brandi comme un précédent majeur. Or, la chanteuse québécoise, qui n'était alors pas encore une star planétaire, s'était présentée à la sélection nationale à Morges avec une chanson, «Ne partez pas sans moi», écrite et composée par les Suisses Attila Sereftug et Nella Martinetti.

L'Estonie est membre de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004. La Suisse n'a pas rendu son marché du travail plus accessible à ces nouveaux ressortissants européens. Bien au contraire… Dans ce contexte, la Télévision suisse est allée chercher de jeunes Estoniennes, leur a signé un contrat payé avec l'argent de la redevance et espère bien recueillir les fruits de cet investissement. Quelle image de la Suisse ces arrangements donnent-ils à l'Europe? Comment la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey va-t-elle expliquer cela à la ministre estonienne des Affaires étrangères Kristiina Ojuland? Espérons que Madame Ojuland apprécie cette conception de la télévision afin qu'un scandale politique nous soit au moins épargné.

Il faut reconnaître que la Suisse n'a pas été particulièrement convaincante ces dernières années à l'Eurosong. Cela n'est pas dû au manque d'artistes de talent mais au fait que les responsables de la télévision ont négligé de motiver les musiciennes et les musiciens de ce pays. Swiss Music Radio persiste à penser que la Suisse doit être représentée par des artistes suisses à l'Eurosong. Qui accepterait l'idée que des skieurs autrichiens représentent la Suisse en Coupe du monde parce que les Suisses ne marquent plus autant de points qu'autrefois?

Enfin, qu'apporterait une victoire des Vanilla Ninja à la Suisse et à sa scène musicale? Pour Swiss Music Radio, les Suisses ne s'entendent pas uniquement comme les détenteurs d'un passeport à croix blanche mais comprennent aussi tous les artistes qui vivent et font de la musique en Suisse. La Suisse est profondément multiculturelle. L'Eurosong pourrait être une formidable occasion de montrer cet esprit d'ouverture à l'Europe entière. Les Romands de Sens Unik, avec leur rap francophone ou le hip-hop grison de Bündnerflaisch incarneraient idéalement cette réalité. Et si ces choix sont trop «modernes» pour SSR Idée Suisse, nous pourrions aussi envoyer à Kiev Andy Portmann, star musicale de Suisse centrale qui ne manque pas de panache. Et s'il faut une fille, ce pourrait être Sun'dra qui triomphe actuellement au Japon.

Peu importe comment ce débat se terminera. Mais une chose est sûre: en allant à l'Eurosong avec Vanilla Ninja, la Suisse n'emporte pas avec elle son capital de sympathie. Car la sympathie, cela ne s'achète pas.

Publicité