Bande dessinée

Décès du dessinateur René Petillon

Les bulles pétilleront moins. L'éditeur Dargaud a confirmé ce matin la mort du père du détective loser Jack Palmer, qui avait 72 ans 

Le dessinateur français René Pétillon, qui avait signé la BD à succès «L'Enquête corse», est mort dimanche à l'âge de 72 ans, ont annoncé les éditions Dargaud.

«Emporté par une longue maladie» selon un communiqué de Dargaud, Pétillon était le «père» du détective Jack Palmer.

La plus connue de ses aventures, «L'Enquête corse», avait reçu le Prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 2001 avant d'être adaptée au cinéma en 2004, avec Christan Clavier dans le rôle de Palmer.

La BD raconte les frasques du détective sur cette île française de la Méditerranée, où il se trouve en butte aux magouilles et à loi du silence, aspects de la culture traditionnelle locale, que l'auteur raille de manière bon-enfant.

«Le succès de cet album m'a abasourdi», racontait Pétillon à l'AFP en 2013, encore surpris d'avoir été fait citoyen d'honneur de la ville de Bastia, en Corse, grâce à cet ouvrage.

Originaire de Bretagne, il publie ses premiers dessins en 1968 dans Planète, Plexus et l'Enragé. Sa première bande-dessinée sort en 1972 dans le magazine Pilote. Deux ans plus tard, il donne naissance à Jack Palmer, un Groucho Marx se prenant pour Humphrey Bogart, détective un peu bêta au gros nez et à l'imperméable trop grand.

La dernière aventure de Palmer, «Palmer en Bretagne», est parue en 2013.

Parallèlement à la BD, Pétillon était l'un des dessinateurs français les plus connus dans le domaine de la satire politique, grâce à son travail pour l'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné. Il y était entré en 1993 avant de mettre fin à sa collaboration l'an passé, selon Dargaud.

«Son humour acéré, impitoyable, légèrement décalé et néanmoins pas dénué de tendresse fait mouche à tous coups», a souligné Dargaud dans son communiqué, saluant «un des tout grands portraitistes de la société française».

«L'enquête corse découle directement de mon travail au Canard», avait assuré le dessinateur à l'AFP en 2013.

Le Temps lui a consacré plusieurs articles:

Jack Palmer dévoile l'intégrisme (février 2006)

Le loser Jack Palmer gagne à Angoulême (janvier 2001)

Publicité