Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Arts

Décès du vidéaste Gérald Minkoff

Pionnier de l’art vidéo, l’artiste d’origine genevoise est mort à 72 ans d’une crise cardiaque en Espagne, il y a quelques jours

Décédé il y a quelques jours en Espagne d’une crise cardiaque à 72 ans, Gérald Minkoff était un des pionniers de la vidéo, de l’utilisation du laser. Et du recours à la photographie dans le domaine des beaux-arts. L’artiste genevois, scientifique de formation, en biologie mais aussi anthropologie, nourissait également une véritable passion pour l’art africain, dont il était un collectionneur avisé et reconnu. Cet intérêt pour les cultures autres s’était développé lors de nombreux voyages en Afrique du Nord, en Afrique noire, en Arabie, Turquie, Sri Lanka, Indonésie, Malaisie, Mexique ou Patagonie et Etats-Unis. Périples entrepris avec sa femme Muriel Olesen, rencontrée en 1967.

Les travaux du couple, en photographie et en vidéo, cherchaient à obtenir comme les traces en filigrane, à la fois du médium utilisé et de la présence de l’autre. Au grès d’une très belle poésie. Ce qui pouvait se concrétiser dans le mouvement de balancelle impulsé à une caméra ou dans les plis d’une literie complice. Dans leurs œuvres se réalise l’union d’un certain romantisme moderne et la fascination pour les dispositions géométriques. Ce qui n’empêchait pas Minkoff de travailler sur la déconstruction ou les effets miroir, comme il aimait à se livrer avec des mots ou des sentences livrés en palindrome. Le couple travaillait à différents projets.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps