La Chine est à Milan. Parce que journalistes et acheteurs chinois sont toujours plus présents à Milan où défile actuellement la mode masculine pour l’automne 2011. Mais aussi grâce à la marque Ermenegildo Zegna.

Un podium classique. Un grand écran derrière. Projetée dessus, la Muraille de Chine. Et soudain, téléportés dans cette image: les mannequins du défilé Zegna (voir photo) qui défilent devant le public milanais mais qui, sur l’écran, semblent fouler la Grande Muraille. Une première dans l’histoire des défilés. Un très poétique effet de manche, baptisé «Live-D», signé James Lima, consultant pour Avatar. Une manière, pour Zegna, de souligner son développement sur Internet. Et son déploiement en Chine où ses ventes ont atteint 200 millions d’euros en 2010.

Comme Zegna, le luxe s’est mis au Web. La palme à Burberry Prorsum. La maison avait été la première à mettre en vente, sur son site, les vêtements de son défilé, et cela directement après le show. Elle innove encore: l’internaute, avant d’acheter les modèles du défilé, peut désormais chatter avec un vendeur. Ou fixer un rendez-vous téléphonique. Livraison dans les sept semaines, soit bien avant que les habits n’arrivent en boutique par la voie classique. Le conseil à l’ancienne, marié à la technologie du XXIe siècle, isn’it?

Demain: La reine des couleurs