Miles Wittaker et Sean Canty sont des voleurs de feux.

Depuis le début de cette décennie, leur projet Demdike Stare reconfigure le champ de la musique électronique façon puzzle: c’est un alambic dans lequel macèrent un psychédélisme délavé, un goût pour les ondes qui vous saisissent par les côtes, des rythmes en ossuaires et un plaisir de la citation – à preuve les résurgences drum’n’bass qui parsèment leurs titres, furtivement mais avec une fréquence toujours plus élevée au fur et à mesure que leur discographie s’étend: une écoute cursive de leurs productions chez Modern Love, de Symbiosis (2009) à Wonderland (2016) en passant par leurs sept (courts) volumes de Testpressing (2013-15), témoignera assez manifestement de leur goût croissant pour l’éréthisme rythmique – tout comme le montrera Drop the Vowels (Modern Love toujours, 2014), fameuse collaboration, sortie sous le nom de Millie & Andrea, de Miles Wittaker avec Andy Stott, un autre poulain du label mancunien.

On a, il faut bien le dire, rarement entendu musiques avec tel pouvoir de pénétration: sombre et galvanisant.


Demdike Stare. Je 25 mai, Dampfzentrale, Marzilistrasse 47. Je 25, dès 21h, dans le cadre de Die Lange Nacht der Elektronischen Musik.