Dennis Lehane

Sacré

Trad. d'Isabelle Maillet

Rivages/Thriller, 330 p.

Après le sombre Ténèbres, prenez-moi la main, les détectives Patrick Kenzie et Angela Gennaro reprennent du service. Kidnappés en plein Boston par les sbires du milliardaire Trevor Stone, les deux privés acceptent finalement de travailler pour lui. Compassion. L'homme est aux abois: son épouse est morte dans un accident de voiture, il est atteint d'un cancer incurable et sa fille, qui vient de perdre son petit ami, noyé, est introuvable. Disparu aussi le premier détective engagé par Stone… Stop! N'en jetez plus! Le pitch, comme on dit au cinéma, est excessif, trop irréel. Faux! Cet excès de malheurs et de hasard n'est qu'apparence. Haletant de bout en bout, le roman de Dennis Lehane bouscule en fait avec jouissance les grands thèmes de l'Amérique d'aujourd'hui: politiquement correcte mais moralement pervertie. De l'austère Boston à l'artificielle Tampa en Floride, l'enquête des deux privés ne manque ni de rebondissements ni, surtout, de faux-semblants. Famille, argent, Eglises, sectes, thérapies de groupe, polices, avocats, relations politiques et économiques avec l'Amérique latine: rien n'est «sacré» dans ce livre, sauf, heureusement, l'humanité et l'humour des deux détectives.