L’aventure des Beach Boys est d’abord familiale. Parmi les cinq membres originels du groupe fondé au début des années 1960 sous le soleil californien, on trouve en effet trois frères – Brian, Dennis et Carl Wilson, leur manageur n’étant autre que leur père. L’histoire de Brian est connue: après avoir conçu en solo l’album Pet Sounds (1966), tandis que le reste du groupe tournait en Asie, il s’est mis à rêver d’une «symphonie adolescente dédiée à Dieu». Sa quête d’un album plus beau encore que ce chef-d’œuvre absolu le plongera dans une paranoïa qui lui laissera de profondes séquelles psychologiques. Le disque en question, devenu une sorte de Graal, sortira finalement en 2004 sous le titre Brian Wilson Presents Smile.

Lire aussi la chronique: Le jour où j’ai (presque) parlé avec Brian Wilson

A cette époque, les fans des Beach Boys se mirent alors à fantasmer sur un autre enregistrement: Pacifc Ocean Blue, unique effort solo de Dennis Wilson, le seul véritable surfeur du groupe, également connu pour avoir brièvement fréquenté Charles Manson, qui en marge d’être un gourou diabolique était un musicien plutôt doué. Publié en 1977, alors que Brian venait de signer son retour au sein des «garçons de plage», cet album fut assez froidement accueilli et rapidement oublié.

Au fil des années, sa rareté en fera un objet culte et recherché. Réédité en 1991, il sera malheureusement aussitôt retiré du marché suite à des problèmes de droits – et fera alors les beaux jours des sites d’enchères. Ce n’est finalement qu’en 2008 qu’il ressortira, dans une belle édition double contenant les nouveaux morceaux sur lesquels Dennis Wilson travaillait au moment de sa mort accidentelle par noyade, en décembre 1983. Quelques jours après son 39e anniversaire.

Lire également l'article sur le concert: Les bonnes vibrations de Brian Wilson, ou ce qu’il en reste

Alors que longtemps, seul Brian passait pour un compositeur de génie, Pacific Ocean Blue démontre que Dennis avait lui aussi un don pour façonner de petites symphonies pop faites d’harmonies entrelacées et d’envolées lyriques d’une indicible grâce. Ce disque longtemps introuvable a ces dix dernières années indéniablement gagné sa place, au côté de Pet Sounds, au pinacle des musiques pop.

Dennis Wilson, «Pacific Ocean Blue» (Caribou Records, 1977/Legacy Recordings, 2008). Disponible sur les plateformes d’écoute en ligne.


Nos précédentes suggestions: