Livres

Le dessinateur Noyau, disséqueur sans pitié

A la gouache et à l’humour noir, l'artiste neuchâtelois crucifie la laideur et l’absurdité du monde dans «Le bon goût». Un recueil d’images qui pousse à rire aux larmes

Noyau confond la carte et le territoire, le contenant et le contenu, l’essence et l’existence quand il affiche en couverture de son livre un goret au regard myosotis ficelé comme un saucisson. Cette image propre à indisposer les véganes est-elle de bon goût? On n’a encore rien vu.

L’album s’ouvre sur les chapeaux de roues avec une scène de la vie quotidienne dans laquelle un nouveau père arborant tous les signes de l’ultramoderne virilité (lunettes carrées, barbe, tatouage, sac Freitag et sandales) pousse le landau de son rejeton. Le véhicule est caréné comme un bob et monté sur des pneus de blindé. Harnaché comme un caïd des nurseries, Junior porte un casque de cycliste et des lunettes noires. Il observe la manœuvre paternelle d’évitement d’un danger: une feuille morte sur le trottoir, susceptible de provoquer un accident de poussette!