Aller au contenu principal
Détail d'un dessin de Kevin Cooper.

Etats-Unis

Des dessins pour dire les couloirs de la mort, un projet de Chappatte

Le dessinateur Patrick Chappatte et la réalisatrice et journaliste Anne-Frédérique Widmann exposent les dessins de condamnés américains 
en attente de leur exécution. Quatre exemples émouvants, commentés ici en vidéo

Lors d’un séjour d’une année en Californie, le dessinateur Patrick Chappatte – notamment au journal «Le Temps» – et la journaliste de la RTS et réalisatrice de documentaires Anne-Frédérique Widmann ont mis sur pied le projet «Fenêtres sur les couloirs de la mort» – «Windows on Death Row» (windowsondeathrow.com), qui croise le regard de grands dessinateurs de presse américains avec les dessins et peintures de prisonniers en attente de leur exécution.

Pour rassembler cette matière, ils ont visité des établissements de haute sécurité dans quatre Etats américains, rencontré et établi des relations avec des dizaines de détenus et animé un atelier d’art dans les couloirs de la mort. Les caricaturistes témoignent du débat virulent sur la peine capitale aux Etats-Unis, tandis que les condamnés à mort de différents Etats américains racontent à travers leurs œuvres leur vie quotidienne et la réalité d’un système carcéral sans pitié. Voici quatre exemples commentés en vidéo.

Lire aussi: Dessiner, en attendant la mort


 

■ Abel Ochoa, Texas, et le dessinateur de presse Scott Stantis


 

■ Kevin Cooper, Californie, et le dessinateur de presse Nick Anderson


 

■ Arnold Prieto, ex-condamné à mort au Texas, et le dessinateur de presse Mike Luckovich


 

■ Ndume Olatushani, ex-condamné à mort dans le Tennesse, avec le dessinateur de presse Matt Wuerker


Inaugurée à Los Angeles en octobre 2015 et actuellement en tournée américaine, l’exposition, soutenue par le DFAE, fait un détour en Suisse à l’invitation du FIFDH. Elle est visible simultanément à la Maison du dessin de presse de Morges du 3 mars au 8 mai et à la Bibliothèque de la Cité de Genève, du 4 mars au 30 avril.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps