«Il existe plein de façons d’écrire son nom. Et il existe plein de façons d’être soi-même.» Arnold, quand il regarde le ciel la nuit, se sent petit. D’autres fois, quand il réussit quelque chose, il se sent très grand. Il peut être tout mollasson, immensément heureux, grognon ou encore charmant. Un jour timide, il roulera des mécaniques le lendemain. Tout cela compose l’identité d’Arnold qui met des mots sur ce qu’il ressent.