Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sara Casu, Alba Rohrwacher et Valeria Golino dans «Figlia mia», de Laura Bispuri.
© Vivo Film / Colorado-Film / Match Factory Productions / Bord Cadre Films

Cinéma

Deux mères pour une fille

Le deuxième long métrage de l’Italienne Laura Bispuri, «Figlia mia», met en scène une fillette tiraillée entre deux figures maternelles. Il est porté par un magnifique trio d’actrices

Vittoria a 10 ans. Elle vit en Sardaigne, ses parents travaillent dans une pisciculture, sa vie est déjà un long fleuve tranquille. C’est alors qu’elle croise la route d’Angelica, une femme de tempérament, libre, mais aussi alcoolique et au bord de la rupture, vivant dans une ferme délabrée dont elle ne peut plus payer les traites. Angelica est l’antithèse de Tina, la mère de Vittoria. Alors forcément, la fillette va être irrémédiablement attirée par cet autre modèle maternel, promesse d’une vie moins stable, moins formatée et donc plus amusante. Angelica, elle, sait comment on embrasse les garçons.

La réalisatrice Laura Bispuri désamorce assez rapidement le léger suspense que les premières séquences mettent doucement en place. On comprend très vite, avant même que cela ne soit révélé, qu’Angelica est la mère biologique de Vittoria. Elle n’a jamais pu, ni même voulu, s’en occuper, et l’a confiée à Tina et son mari. Mais voilà que face à cette préadolescente à la chevelure de braise et au tempérament doucement rebelle, ressurgit l’instinct maternel qu’elle avait toujours tenté d’occulter.

Lire aussi:  Films italiens, le grand écart

Figlia mia est le deuxième long métrage de Laura Bispuri, née à Rome il y a un peu plus de quarante ans. De nouveau coproduit avec la Suisse, il se déroule en Sardaigne, que la cinéaste filme comme un paysage de western (elle ouvre d’ailleurs son film sur un rodéo) où s’entremêlent la poussière d’une terre aride et le bleu profond de la Méditerranée. Deux motifs qui renvoient aux émotions contradictoires qui animent Vittoria, entre un quotidien trop calme réglé par une mère trop conventionnelle, et l’utopie d’une vie sauvage mais sans confort.

Qu’est-ce qu’être mère?

Vittoria est un très beau personnage, qu’interprète avec beaucoup d’aplomb la jeune Sara Casu, repérée par la réalisatrice en Sardaigne. Il fallait, pour l’accompagner, deux actrices ayant le talent de ne pas la vampiriser tout en donnant à Tina et Angelica la profondeur psychologique nécessaire à l’équilibre d’un récit qui, finalement, pose cette question: qu’est-ce qu’être mère? Valeria Golino et Alba Rohrwacher ont ce talent. Elles sont chacune à leur manière deux mater dolorosa portant leur croix, entre frustration de n’être qu’une mère de substitution et culpabilité de l’abandon.

A lire:  Lazzaro, la bonté comme remède à la crise

Il y a trois ans, dans Vierge sous serment, Laura Bispuri confiait à Alba Rohrwacher le rôle d’une Albanaise vivant, selon une vieille coutume, comme un homme. Emigrée à Milan, celle-ci tentait alors de se reconnecter avec sa féminité, comme ici Angelica essaie de (re)devenir mère. Les deux films se répondent, l’Italienne les ancre magnifiquement dans une géographie tout en développant des thèmes universels. Aux côtés de sa consœur Alice Rohrwacher (la sœur d’Alba), elle parvient à parfaitement conjuguer héritage du néoréalisme et cinéma d’auteur contemporain.


Figlia mia, de Laura Bispuri (Italie, Allemagne, Suisse, 2018), avec Valeria Golino, Alba Rohrwacher, Sara Casu, Michele Carboni, Udo Kier, 1h37.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps