Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Roman

Deux traductions pour un chef d’œuvre

Deux traductions du livre d’Alfred Döblin, extrait

Deux traductions, extrait

«Und ab. Und ruhig ab. Und ruhig und langsam die Treppe runter. Sol mal hinterherkommen, wird sich hüten. Und gegenüber einen einzigen Schnaps, einen heissen Herzenstärker, runtergeschüttet. Und vielleicht kommt er doch rüber. Ich warte. Und sehr zufrieden ist Franz weitergegangen. Geld werd ick schon woanders kriegen. Und hat seine Muskeln dick gefühlt und ich werde mir auch schon wieder auffüllen.»

Alfred Döblin. Berlin Alexanderplatz (1929). Walter Verlag, 1996, p. 162

«Ceci dit, il sort. Il s’en va tranquillement. Tranquillement, lentement, il descend l’escalier. «Il se gardera bien de me suivre, l’animal!» De l’autre côté de la rue, il absorbe un petit verre qui lui réchauffe les entrailles. «P’t-être qu’il va me rejoindre tout de même. J’vas attendre.» Puis, pleinement satisfait de lui-même, Franz s’est remis en route. « J’saurai ben me procurer du pognon ailleurs.» Il sentait la force latente de ses muscles: «Je me remplumerai bien, allez!»

Trad. de Zoya Motchane, 1933, revue en 1970 et 1980, Folio/Gallimard, 2009, p. 240

«Et parti. Et parti tranquillement. Et tranquillement et à pas lents descendu l’escalier. Qu’il essaie de me suivre, il se gardera bien. Et en face bu un seul schnaps, un cordial brûlant, derrière la cravate. Et peut-être qu’il viendra quand même. J’attends. Et très satisfait Franz a repris sa route. J’trouverai bien de l’argent quelque part. Et il sentait la dureté de ses muscles et je me remplirai bien à nouveau de toute façon.»

Trad. d’Olivier Le Lay, Gallimard, 2009, p. 162

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps