Philippe Macasdar et Jean Liermier. Tels sont, selon nos sources, les noms des deux derniers candidats encore en lice pour la succession de François Rochaix à la tête du Théâtre de Carouge. Deux carrures. Philippe Macasdar a été conseiller littéraire de Benno Besson et de Claude Stratz à la Comédie de Genève. Il dirige avec brio le Théâtre Saint-Gervais à Genève, qu'il ouvre depuis 1995 à la relève romande et européenne. Quant à Jean Liermier, 37 ans, il est l'un des metteurs en scène les plus doués de sa génération. Son On ne badine pas avec l'amour avait ébloui en 2004 au Théâtre de Carouge. Il présente depuis mardi au même endroit Le Médecin malgré lui de Molière, à l'affiche de Vidy fin mai. Il signera la saison prochaine deux spectacles à la Comédie-Française.

Président de la Fondation du Théâtre de Carouge, Raymond Jourdan ne confirmait ni n'infirmait hier nos informations. «La seule chose que je peux vous dire, c'est qu'il n'y a plus que deux candidats. Nous devons les auditionner dans les jours qui viennent. Nous leur avons demandé de nous fournir un certain nombre de documents. Cela dit, il n'est pas exclu que nous recevions d'autres candidats s'il devait y avoir un doute au sein de la Fondation.»

Au départ, vingt-huit candidats (LT du 8.02.07). «Des dossiers de grande qualité», souligne Raymond Jourdan. Une commission issue de la Fondation en a sélectionné huit. Ces postulants ont tous été interviewés. Parmi eux, le tandem formé par le chorégraphe Gilles Jobin et le metteur en scène Oskar Gómez-Mata qui rêvaient de faire du Théâtre de Carouge une grande scène dédiée aux formes les plus contemporaines. «C'était sans doute trop audacieux», observait mardi Gilles Jobin. Seule certitude. Le nouveau directeur sera nommé début juin.